Une expérience toute féminine

Photo : Romi Quirion

Publié dans le Journal de rue du mois d’octobre 2010 et sur le site de la boutique Kitsch.

Le 1er septembre 2010, c’était le coup d’envoi de la boutique Kitsch située au 113, rue Frontenac. Il y avait beaucoup de monde au 5 à 7 d’ouverture et les propriétaires étaient débordées afin de satisfaire la demande des fashionistas assoiffées de dernières tendances! À l’intérieur, le décor est accueillant et très girly : des fauteuils en velours rose, des cabines d’essayage aux rideaux fleuris, de vieux calorifères, un beau plancher de bois…

Complicité

Jessika Wilson et Stéphanie Dubreuil se sont connues au Séminaire de Sherbrooke en commercialisation de la mode. Les étudiantes ont développé leur projet de fin d’études avec Audrey Lambert-Galipeau. Celui-ci consistait à bâtir en équipe une entreprise de détail ou de services. Les secteurs suivants étaient développés et expliqués à un jury externe : la planification budgétaire, l’aménagement commercial ainsi que le plan publicitaire et promotionnel. Le jour de la présentation des projets, des spécialistes reconnus du monde des affaires de l’Estrie, évaluaient les kiosques sur différents domaines de l’industrie (l’analyse préliminaire, les achats, l’étude de marché…). Également, les étudiants du collégial et du secondaire étaient invités à voter pour leur kiosque coup de coeur. « Nous avons remporté le prix coup de coeur en 2009 avec plus de 50 % des votes. La responsable du programme a confirmé que c’était de loin la première fois que les votes étaient aussi tranchants », souligne Stéphanie.

Après leurs études, elles ont travaillé pour des entreprises de mode, mais l’envie d’avoir leur propre commerce et de travailler pour elles-mêmes demeurait. Les associées ont les mêmes goûts, la même vision et un investisseur les a encouragées à concrétiser leur rêve. « Nous avons vite compris avec l’étude de marché qu’il y avait bel et bien de la demande pour ce genre de boutique à Sherbrooke. Les filles venaient nous questionner sur l’emplacement et ce qu’on allait vendre », constate Stéphanie. Les jeunes entrepreneuses se sont divisé les tâches comme suit : Jessika se charge de l’administration et des communications tandis que Stéphanie s’occupe des achats et des relations avec les fournisseurs.

Une boutique différente…

L’endroit, aux allures de boudoir, s’adresse d’abord aux jeunes femmes de 15 à 25 ans. « Onvalorise le bien-être des filles et on veut leur faire découvrir de nouveaux styles. Ici, il n’y a pas juste du x-small car ce n’est pas la réalité. On n’encourage pas un modèle de femme, on offre de la diversité dans les grandeurs et les goûts », précise Jessika. Elle poursuit : « On veut une ambiance de magasinage légère, amicale, joyeuse… » Les copropriétaires vont même offrir un service de réservation du local en soirée après les heures régulières le lundi, le mardi, le mercredi ou le samedi. Elles peuvent ouvrir pour un groupe de dix personnes et plus. C’est parfait pour célébrer un anniversaire ou simplement pour une soirée de filles! « La clientèle sherbrookoise a ses habitudes, est fidèle à ses boutiques et se soucie davantage de ce que pensent les autres à propos de leur look. On veut leur faire apprivoiser le nouveau, les faire oser! », ajoute Jessika. Les businesswomans se démarquent en vendant des marques que l’on ne retrouve pas ailleurs à Sherbrooke. Il y en a même deux qui sont des exclusivités au Canada (DimePiece Designs et Sauce). Les prix sont accessibles sans pour autant mettre de côté la qualité. Chaque vêtement est un coup de coeur choisi par les propriétaires que ce soit pour sa coupe, sa couleur ou son style… Et bien sûr, chaque morceau sera disponible en quantité limitée. Allez-y, osez Kitsch!